Page d'accueilTémoignages

A L’ ATELIER « CHEVAL »

J’ai demandé à Sandrine et Raphaël ce qu’ils ont ressenti auprès des chevaux d’Elena. Et voici leurs réponses:

Que ressens-tu lorsque tu montes sur le cheval?
S: - C’est très haut et je me suis sentie heureuse et fière.
R: - Je me sentais vraiment bien, à l’aise.

Quel contact as-tu avec ton cheval?
S. - Moi, je lui caresse le cou, c’est tout doux.
R: - Je lui parle comme à un copain.

Que dégage le cheval pour toi?
S: - Il est chaud et doux.
R: - C’est mignon, doux et adorable.

De quoi as-tu peur?
S: - Quand je dois curer les sabots, j’ai peur de me faire marcher sur les pieds.
R: - Bien… j’ai peur de tomber des fois.

Anaëlle
Fondation Mérine






Amélie, éducatrice spécialisée

L’atelier cheval

Voici plusieurs années que j’accompagne à l’atelier cheval différents enfants, scolarisés dans des classes spécialisées à Lausanne. Une fois par semaine, nous nous rendons au manège de Thierrens, et je dois dire que ce moment est grandement attendu, tant par les jeunes que par moi-même !

A chaque séance les enfants sont accueillis de façon très ouverte, non jugeante et bienveillante, avec leurs capacités et leurs besoins, et surtout leur personnalité respective. Ils peuvent y arriver avec leur rythme et leur état, qui seront toujours pris en compte.

Il n’y a ni attentes impératives de résultat, ni pression, ni obligation quant à des tâches précises à accomplir. C’est une vraie qualité dans l’accompagnement proposé; l’enfant est pris là où il en est et cela lui permet de profiter au maximum de ce moment.

Les enfants apprivoisent progressivement les animaux… et les animaux apprivoisent les enfants. Ce sont des rencontres vraies, subtilement guidées par les deux accompagnantes. Cet atelier permet aux jeunes d’instaurer un lien avec l’autre, de prendre soin de l’autre, et d’être valorisés au travers de cette relation.

Ils expérimentent, gagnent en assurance et prennent confiance en eux. Puis surtout ils développent un plaisir authentique dans ce lieu et c’est un beau spectacle !

L’apport d’une telle activité se révèle riche à bien des niveaux… la concentration, les sensations corporelles, le rythme, la relation à l’autre, l’estime de soi et plus encore. Je suis conquise par cet atelier et je remercie beaucoup Elena et Manuela pour leurs précieux regards, pour ce qu’elles proposent aux enfants, et pour notre jolie collaboration.

Amélie






visite de classe - juin 2014

Mark-Daryl, 11 ans


Océanne, 12 ans


Chloé, 10 ans


Marie, 12 ans




Marlen, enseignante et Fabio, éducateur

Voici deux ans que nous accompagnons chaque semaine nos groupes d’adolescents en rupture scolaire à l’Atelier Cheval. Tous, sans exception, et à notre étonnement parfois « ont croché » dans cette activité. Ils sont tous passés par-dessus certains a priori : crainte face à l’animal, peur de se salir, odeur du cheval, etc. Ils ont accepté les règles de Manu et Elena sans rechigner. Et ainsi, nous les avons vus brosser, nettoyer, curer les sabots (presque) sans râler !

Il est frappant d’observer comment ces adolescents pour la plupart très agités se calment au fil de l’activité. Cela leur permet de se recentrer et de se poser !

Certains d’entre eux ont tissé de vraies histoires d’amour avec l’un des chevaux de l’écurie. Les discussions pour savoir quel cheval ils allaient prendre l’après-midi commençaient déjà à table au MATAS. C’était parfois de vraies négociations, très animées… Certains de nos jeunes ont exprimé le souhait de continuer l’activité cheval, à titre privé, une fois l’accompagnement au MATAS terminé.

C’était joli pour nous d’être les témoins de leur évolution au cours des semaines… Nous avons le souvenir d’un de nos jeunes, présentant un gros déficit d’attention. Au début, il était incapable de suivre une ligne droite avec son cheval. Le cheval allait n’importe où dans le manège, son « cavalier » gardait le nez en l’air… Petit à petit, nous avons vu notre jeune se connecter de plus en plus à son cheval et faire preuve d’une concentration que nous avions rarement observée dans un autre contexte.

Pendant le temps de l’Atelier Cheval, nos jeunes ont appris à s’occuper de quelqu’un d’autre que d’eux-mêmes, ils ont pu faire l’expérience de belles réussites et sentir dans leur corps la sensation de calme et de concentration.

Marlen et Fabio
Enseignante et éducateur dans un MATAS




Bertrand, 14 ans


" J'ai aimé mieux connaître le cheval, savoir ce qu'il ressent. Ce que j'ai préféré, c'est le travail en liberté, parce que j'étais connecté avec l'animal, sans longe, sans corde, rien!
Je trouve que c'est un animal comme un ami: le cheval écoute, nous teste, alors on doit montrer qu'on est fort et ça, ça nous donne confiance en nous.
Cette activité m'a appris à moins m'énerver, à rester calme, à m'imposer sans m'énerver, sans crier."




Delhia, 13 ans


" C'est la première fois que j'ai essayé le travail en liberté, et ça m'a plu. Je me suis sentie à l'aise à cheval, particulièrement couchée sur celui-ci. Le cheval est beau et gracieux et ça me fait me sentir bien. "

Par rapport aux liens qu'elle peut établir entre ce qu'elle a vécu à l'atelier et la vie de tous les jours, les liens avec les copain, elle dit:
"je me sens plus libre et moins brusque."





Martin, 7 ans


" C'était bien de monter sur le cheval, j'aime bien quand elle gigote dans tous les sens."



Emilie, 10 ans


" J'ai bien aimé l'atelier cheval, parce que je suis contente d'être monté à cheval. Je ne savais pas que pour diriger un cheval, on pouvait faire avec le corps."





Daryl, 8 ans


"C'est une girafe?" - "Non... un cheval" - "Ah...il est immortel?"



Aline, 9 ans


"J'ai appris à être plus calme, parce qu'il faut bien se concentrer sur Vega. J'ai appris à lui dire "non", comme tu m'as dit, sans crier".




Clara, 10 ans


"J'ai plus peur, j'ai même envie d'y retourner (sur le cheval). Quand on a peur, on tremble et après on est zen, on est pas crispé. Je suis mieux concentrée maintenant"


Léonard, 9 ans


"C'était super de ressentir ce que le corps faisait faire au cheval dans le rond de longe."




Xavier, 9 ans


"Maintenant je connais les chevaux et les oreilles ce que ça veut dire, je peux mieux parler au cheval."



Louis, 7 ans


"J'ai appris qu'il faut pas se mettre devant le cheval, mais vers l'épaule."